Archives mensuelles : avril 2022

L’actu du web

Du 4 avril au 10 avril 2022

L’actualité de l’orientation avant le premier tour des présidentielles est marquée par beaucoup d’interrogations.

La mesure phare de l’ère Blanquer est interrogée. Sud-Ouest rend compte de deux rapports, l’un de la DEPP et l’autre du Sénat dans un article malheureusement réservé aux abonnés. Éducation : le dédoublement des CP et CE1 en zone d’éducation prioritaire a-t-il été pertinent ? Une présentation de l’étude de la DEPP sur le site du ministère et le document sur le site de la DEPP. Et le rapport du Sénat, à la cible plus  globale : Bilan des mesures éducatives du quinquennat. Rapport d’information de Mme Annick BILLON, M. Max BRISSON et Mme Marie-Pierre MONIER, fait au nom de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication n° 543 (2021-2022) – 23 février 2022

Le thème de l’enseignement professionnel est apparu dans l’actualité, alors qu’il est ignoré habituellement.

La tribune du Monde de Pascal Vivier, secrétaire général du SNETAA-FO : « Il faut redonner du souffle à l’enseignement professionnel pour refaire nation », réservée aux abonnées. « Pascal Vivier, secrétaire général du Snetaa-FO, premier syndicat dans les lycées professionnels, estime, dans une tribune au « Monde », que la réindustrialisation de la France passe par une revalorisation de l’enseignement professionnel, « réelle première chance de formation ».”

Le Café pédagogique donne la parole à un autre syndicat : Professionnel : “Nouvelles attaques” selon le Snuep Fsu. “Après une nouvelle rencontre avec l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron, le Snuep Fsu annonce de “nouvelles attaques” contre les lycées professionnels et les PLP. ” Les PFMP (formations en entreprises) seront doublées pour tous les élèves de terminale CAP et bac pro impliquant le transfert de la responsabilité de la formation professionnelle aux entreprises aux dépens des enseignements professionnels dispensés par les professeur·es de lycée professionnel (PLP)”, écrit le Snuep. “Cette première confirmation signe une diminution drastique voire une disparition des heures d’enseignement professionnel en terminale. Le statut des élèves de terminale n’est pas complètement arbitré : les un·es, apprenti·es (donc salarié·es) les autres, élèves ou stagiaires ? Ces dernier·es se verront attribuer une allocation financière de 200 euros pour les mineurs et 500 euros pour les majeurs. Soit une main-d’œuvre à mi-temps payée entièrement par l’État, une véritable aubaine pour les entreprises.”

Et puis, L’association Walt préconise un « big bang » de l’orientation (Article réservé à nos abonnés) pour développer l’alternance. “Dans la perspective de l’après élection présidentielle, l’association de promotion de l’alternance Walt formule sept propositions pour confirmer le développement de l’alternance enregistré depuis deux ans. Simplifier davantage l’accès à l’alternance ; offrir des services gratuits d’aide et de conseil aux alternants, entreprises, CFA et parents de jeunes ; parler différemment des métiers et faire passer le message que quasiment chaque jeune passera un moment en alternance…”.

Cette question a bien sûr des effets sur la conception du collège, trieur en fin de partie ou en cours de partie ?

Dans une tribune du Monde, Jean-Paul Delahaye, ancien directeur général de l’enseignement scolaire, déclare : « Les conservateurs d’aujourd’hui pensent que le collège unique était une erreur ». L’auteur s’inquiète des attaques contre le collège unique portées par certains candidats de droite à l’élection présidentielle. Pour l’ancien directeur général de l’enseignement scolaire, ce collège pour tous permet de « donner à tous les futurs citoyens une culture commune ».”

Parcoursup est également dans le collimateur. Sud-Ouest interroge : Éducation : pourquoi Parcoursup divise les candidats à la présidentielle ?Plusieurs postulants à l’Élysée souhaitent supprimer la plateforme d’affectation dans l’enseignement supérieur… sans se montrer très précis sur les solutions de remplacement. Haro sur Parcoursup. La plateforme mise en place en 2018 pour aiguiller 700 000 lycéens vers les filières de l’enseignement supérieur passe, dans cette campagne, un sale quart d’heure. Plusieurs candidats à la présidentielle proposent sa suppression pure et simple : Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon. Valérie Pécresse, Éric Zemmour et Fabien Roussel préconisent une refonte. Seul Emmanuel Macron défend franchement ce dispositif lancé par son ministre Jean-Michel Blanquer, tout en appelant à un meilleur travail en amont sur l’orientation des lycéens.”

L’objectif de l’enseignement supérieur est aussi mis en interrogation : À la présidentielle, l’universalité ou la méritocratie pour l’enseignement supérieur ?Dans les programmes, le clivage est évident : quand certaines candidatures multiplient les propositions financières pour remettre l’université à flot après plusieurs quinquennats de sous-financement, d’autres poussent pour toujours plus de sélection sociale.” par Khedidja Zerouali. Pour abonnés

Surprise, Sandrine Chesnel pour l’Etudiant a interrogé des PsyEN : Les psychologues de l’Éducation nationale en lutte contre les inégalités. “Aux premières loges pour constater le mal-être d’un nombre croissant de jeunes, notamment concernant les questions d’orientation et Parcoursup, des psychologues de l’Éducation nationale dressent un bilan nuancé de leurs conditions d’exercice.”

En Europe, “Les ministres de l’Éducation des États-membres de l’Union européenne signent conjointement une déclaration pour poursuivre les efforts en matière d’investissements en éducation dans l’Union européenne.” Le ministère présente sur son site la Déclaration pour construire une vision partagée sur l’efficacité, l’efficience et l’équité des investissements en éducation.

On terminera cette revue par une interrogation sur une autre orientation dans un article réservé aux abonnés par Elsa Gambin : Éducation à la sexualité sur les réseaux sociaux : où sont les garçons ?Si les féministes multiplient les comptes ludiques d’éducation à la sexualité, peu d’hommes s’emparent du sujet. Et les abonnés des rares comptes tenus par des garçons sont majoritairement des jeunes femmes et des personnes LGBTQI+. Pourquoi tant de frilosité masculine ?

Bernard Desclaux

Vous pouvez laisser un commentaires, n’hésitez pas.

Pensée du jour

« Je ne suis pas optimiste, parce je ne suis pas certain que tout finira bien. Je ne suis pas non plus pessimiste, car je ne suis pas certain que tout finira mal. Au lieu de cela, je suis un réaliste plein d’espoir, et l’espoir est la croyance dans la signification de la liberté et de la justice » (Vaclav Havel). Francis Danvers

L’actu du web

Du 28 mars au 3 avril 2022

 La voie professionnelle

Thibaut Cojean, sur l’Étudiant annonce qu’Après deux ans de Covid, les lycées se préparent à la réforme de la voie professionnelle. Après deux ans d’enseignement perturbés par la crise sanitaire, l’accompagnement des élèves est plus que jamais un critère central et déterminant du classement des lycées professionnels de l’Étudiant. Il le sera encore l’année prochaine, alors que les établissements mettent en place la réforme de la voie professionnelle.”

Mais ce n’est peut-être pas aussi facile, et pour le Café pédagogique, La transformation de la voie professionnelle recalée par les PLP. “Un signe qui ne trompe pas : pour 79% des enseignants le comportement des élèves s’est dégradé ces 5 dernières années. C’est un des résultats du sondage Harris commandé par le Snuep Fsu qui est révélé ce matin lors des “Ateliers de la voie professionnelle” organisés par ce syndicat. Ce que les enseignants mettent en cause c’est la transformation de la voie professionnelle, lancée par JM Blanquer en mai 2018. Une majorité d’enseignants (59%) trouve moins de satisfaction dans son métier (contre 15% pour qui il y a amélioration). Pour 71% cette réforme est une mauvaise chose. Ils déplorent une réforme qui démobilise les élèves et les empêche d’obtenir la formation auxquels ils ont droit. Le développement de l’apprentissage est lui aussi jugé négativement par 53% des enseignants. Là aussi, JM Blanquer a aggravé la situation. Le Snuep Fsu entend mettre les candidats à l’élection présidentielle face à ces résultats.”

Sur Libération, “Pour la sociologue Fabienne Maillard, professeure des universités à Paris-VIII, la voie professionnelle a permis une réelle ascension sociale à certains jeunes jusqu’aux années 60, avant de devenir une voie de garage pour élèves en difficulté.” Et elle considère que «Toutes les politiques menées contribuent au discrédit des lycées professionnels» 

De son côté, le candidat propose un grand pas en … arrière. Macron veut orienter dès la 5ème. En visite à Fouras (17) le 31 mars, E Macron a donné une précision sur la réforme de l’orientation qu’il veut mettre en place. En réponse à un restaurateur qui se plaignait de ne pas trouver d’employé, E Macron répond : “On a besoin de faire mieux connaitre ces métiers. Donc alternance, apprentissage et orientation dès la 5ème pour faire connaitre ces métiers“. Des propos qui rejoignent les craintes du Snuep FSU. “E Macron organise le séparatisme de la jeunesse lycéenne. Il y aura ceux qui poursuivront des études supérieures et ceux qui à 16 ans iront en entreprise. C’est un projet totalement réactionnaire qui annule des décennies de lutte“, nous disait S Gérardin, co secrétaire générale du Snuep le 29 mars. Jean-Paul Delahaye, ex Dgesco, a réagi sur Twitter. “L’apprentissage junior déjà tenté en 2005 pour casser le collège unique et orienter précocement les enfants des milieux populaires a été un lamentable échec“, rappelle t-il. “Ceux qui le proposent à nouveau savent que ça ne concernerait pas leurs enfants.” Donc retour avant la réforme … Bayrou de 1994. Retour du palier d’orientation à la fin de cinquième. et on s’assoit gentiment sur la loi de 2005 instituant le socle commun.

Sigrid Gérardin développe sur le Café pédagogique : “Macron organise le séparatisme entre les jeunesses lycéennes”. “Pour Sigrid Gérardin, co secrétaire générale du Snuep Fsu, le projet électoral d’E Macron ramène la voie professionnelle des décennies en arrière. Il organise la fragmentation de la société entre une jeunesse qui aura accès aux études supérieures et les jeunes des familles populaires qui quitteront l’Ecole dès 16 ans pour être confiés aux entreprises. Son syndicat craint également le passage de la voie professionnelle au Ministère du Travail. C’est une rupture qui s’annonce.”

Pendant ce temps, en province on défend la formation professionnelle, et par exemple, Vosges Matin annonce qu’à Neufchâteau : l’enseignement professionnel à l’honneur lors des Journées européennes des métiers d’art. “La section d’enseignement professionnel de la cité scolaire Pierre-et-Marie-Curie (SEP) recèle de trésors souvent méconnus.” Malheureusement l’article est réservé aux abonnés.

L’orientation lycée-enseignement supérieur est aussi problématique

Soazig Le Nevé, sur Le Monde,  rend compte d’une conférence. Orientation post-bac : « Pour vous, le droit, c’est abstrait, et c’est normal ». Devant des lycéens de Nogent-sur-Marne, le doyen de la faculté de droit à l’université Paris-Est-Créteil a dispensé trois conseils pour réussir : « le travail, le travail et le travail ».

Toujours sur Le Monde, elle indique également, Orientation : une transition entre le lycée et l’université en forme de bizutage. Une partie de l’échec en première année à l’université est due au manque de préparation des lycéens au passage dans l’enseignement supérieur, en l’absence de politique coordonnée à l’échelle nationale.”  

Pour les Echos, c’est la balance : Orientation, sélection, réussite : les bons points et les limites de Parcoursup. Les lycéens ont jusqu’à ce mardi pour formuler leurs vœux dans Parcoursup. L’occasion, en cette fin de quinquennat, de dresser le bilan d’une plateforme perçue comme « claire et fiable », mais aussi stressante et peu juste.”

Et pour le Parisien, Métiers : l’école et l’université face au défi de l’orientation. Ils sont nombreux à penser qu’ils devraient être informés avant la seconde sur les métiers et les différentes filières ou encore à espérer que l’entreprise sera plus présente à l’avenir dans les universités. Voici un tour d’horizon du dernier sondage réalisé IFOP-Club d’Iéna intitulé « Les étudiants, l’orientation scolaire et la situation à l’université ».”

Ainsi on se focalise sur le manque d’information et de préparation des lycéens pour expliquer les difficultés.

Bernard Desclaux