Archives de catégorie : Coulisses de l’orientation

Coulisses de l’orientation

Quand le RIASEC rencontre le ROME :

histoire d’un projet partagé entre universitaires et acteurs du service public de l’emploi

Un article de Fabien Beltrame qui vous dévoile les coulisses des travaux qui ont conduit à introduire le code RIASEC dans les fiches du répertoire opérationnel des métiers et des emplois (ROME).

Prototype Rafale B01 – jardins Nord de l’Hôtel national des Invalides – 4 septembre 2022 – 13:27:38

[Description à la publication]

Un article qui vous dévoile les coulisses des travaux qui ont conduit à introduire le code RIASEC dans les fiches du répertoire opérationnel des métiers et des emplois (ROME)

#RIASEC #Holland #rome #cep  #orientation  #emploi #bilandecompetences #formation  

Quand le RIASEC rencontre le ROME : histoire d’un projet partagé entre universitaires et acteurs du service public de l’emploi

En tant que membre du GREO Paris (Groupe de recherches sur l’évolution de l’orientation, INETOP – CNAM), il me semble important de consigner par écrit cette petite part d’histoire des outils de l’orientation. Dans cet article, il s’agit de lever le voile sur les coulisses de l’apparition des codes RIASEC dans le répertoire opérationnel des métiers et des emplois (ROME).

Introduction

En France, depuis les années 1970 environ, la théorie de Holland et le modèle RIASEC sont largement diffusés et utilisés par les professionnels de l’orientation et la reconversion professionnelle. Au fil du temps, les questionnaires d’évaluation des intérêts, selon l’approche de John Holland, se sont multipliés mais également améliorés et affinés au gré du perfectionnement des méthodes psychométriques

Malgré ces évolutions, il restait un « trou dans la raquette ». Ce manque, c’est l’opérationnalisation de la dernière étape : après avoir identifié le profil RIASEC de la personne, il convient de se référer à une liste de métiers, ayant le même code RIASEC, pouvant potentiellement correspondre aux aspirations de la personne en situation d’évolution professionnelle.

Les professionnels devaient donc se référer à des listes assez sommaires, et souvent obsolètes. Pour les professionnels les plus curieux souhaitant une liste métiers récente, il fallait se tourner vers nos confrères canadiens, car rédigée en langue française mais dont il fallait épurer les métiers peut représentés en France comme « ouvrier acéricole » ou encore « conducteur de motoneige »

Ci-dessous, la liste de métiers, avec le seul code RIASEC Majeur, extraite du manuel technique de l’IPH, l’Inventaire Personnel de J.L. Holland (traduction française par J.B. Dupont, Institut de psychologie appliquée de l’Université de Lausanne – EAP, 2ieme trimestre 1979)

Ci-dessous, un autre exemple : la liste de métiers extraite du SDS canadien, Self Directed Search de J.L. Holland (1982) avec un codage RIASEC en 3 lettres.

Les débuts d’internet

Sans surprise c’est aux Etats-Unis, que les premiers outils informatisés, permettant d’interroger des listes de métiers en fonction d’une combinaison de codes RIASEC, vont faire leur apparition.

En effet, l’« U.S. Department of Labor » a rapidement compris l’intérêt d’associer le code RIASEC à son référentiel métier. Mais surtout, il a compris l’importance de partager avec le plus grand nombre, professionnels et grand public, l’association du code RIASEC avec les métiers. Avec l’internet naissant outre-Atlantique à la fin des années 90, le département américain du travail ouvre donc ses données au plus grand nombre, sur le site Onet OnLine (lien en bas d’article)

Et sur ce site, on trouve un moteur de recherche de métiers en fonction de la combinaison de codes RIASEC.

La France n’est pas en reste en matière de référentiel métiers édité par une institution du service public. Il s’agit du ROME, le répertoire opérationnel des métiers et des emplois, fruit du travail de l’ANPE (Agence Nationale pour l’Emploi). Mais la conception du partage d’information est très différente : le ROME n’est pas en diffusion public, il est commercialisé et il n’existe que sous format papier.

Crée en 1989 (source Wikipédia), la première version du ROME, mais également ses évolutions ultérieures jusqu’à la V3, restent très autocentré et peu ouvert au croisement de données. En effet, le ROME a longtemps été conçu pour un usage interne en tant que système de rapprochement (SDR) entre un demandeur d’emploi et une offre d’emploi, alors même qu’un grand nombre de professionnels, hors ANPE, l’utilisent depuis ses premières versions comme outil d’accompagnement à l’évolution professionnelle.

Deux version du ROME coexistent : celle disponible dans le système d’information des conseillers à l’emploi de l’ANPE et celle éditée en format papier destinée à la commercialisation. Une première tentative de numérisation sera ensuite proposée à la vente. Il s’agit d’une version en CD Rom éditée avec l’appui de CEGOS.

Le code RIASEC est absent de toutes ces différentes versions. Il faudra attendre environ 25 ans pour qu’en 2012, le modèle de Holland soit associé aux contenus du ROME. Pour le grand public, le code RIASEC est alors disponible en « dur » sur les fiches ROME téléchargeables en PDF, mais absent des contenus du ROME en version interactif et interrogeable suivant plusieurs critères sur le site internet. Pour l’usage interne, par les conseillers du service public, les codes RIASEC sont bien présents dans les critères de recherche du ROME.

Sur la mise à disposition des données du ROME comme bien public, l’expression « open data » est apparue pour la première fois en 1995 dans une publication scientifique du Nation Research Council américain intitulée « On the Full and Open Exchange of Scientific Data ». En France, l’ouverture des données est instaurée en 2002. Mais force est de constater que les administrations publiques ont un peu « traîné les pieds ». Et c’est une circulaire du Premier ministre du 26 mai 2011 qui va mettre la pression pour la mise à disposition des données publiques, conformément au principe général de réutilisation libre, facile et gratuite, en mettant l’accent sur les données à fort impact sociétal (santé, éducation, etc.). Le ROME est identifié comme une cible de ces données à fort impact sociétal. Il faudra encore quelques années aux informaticiens pour rassembler, dans une vingtaine de tables, les données du ROME et les mettre à disposition sur le site officiel data.gouv.fr

Le code RIASEC est alors bien présent dans les données du ROME mises à disposition dans le cadre de l’ouverture des données publiques. Deux tables portent le code RIASEC : la table des codes ROME (532 fiches Rome et leur code RIASEC) et la table des activités (8983 activités Rome et leur code RIASEC)

Revenons un peu en arrière et regardons à quel moment la thématique du modèle des intérêts professionnels de J. Holland apparaît dans le périmètre des actualisations du ROME.

Un changement dans le paysage du service public de l’emploi

En juillet 2007, le gouvernement décide de fusionner les ASSEDIC et l’ANPE. Cette fusion crée le nouvel opérateur « Pôle emploi » qui se verra attribuer, dans le code du travail, en plus des missions d’accompagnement et de versement de l’allocation chômage aux demandeurs d’emploi, celle de l’orientation : « Accueillir, informer, orienter et accompagner les personnes, qu’elles disposent ou non d’un emploi (…) » (Article L5312-1 alinéa 2 du code du travail). L’opérateur démarre ses activités début 2009 et le 1er avril 2010, 917 personnels de l’AFPA, dont 608 psychologues du travail, rejoignent le nouvel opérateur pour délivrer un service d’orientation spécialisée.

Pôle emploi va alors développer une offre de services sur deux niveaux : l’orientation généraliste, délivrée par les conseillers et l’orientation spécialisée par les psychologues du travail. C’est dans le cadre de la conception de cette offre de services en orientation, et son instrumentation, que le code RIASEC va venir enrichir les fiches ROME.

Fin 2010, le département en charge de la conception de l’offre de services en orientation de la

Direction Générale de Pôle emploi fait appel à une expertise externe. Une convention est signée, le

12 octobre 2011, entre la Direction Générale de Pôle emploi, l’Université de Nanterre, l’INETOPCNAM et l’Université Lyon2. Entre la première prise de contact et la signature de la convention, de nombreux échanges ont lieu à deux niveaux :

  • métier : fixer les objectifs et définir la méthodologie de travail
  • juridique : s’accorder sur la propriété des éléments produits à l’issue des travaux conduits dans le cadre de la collaboration   

Le comité de pilotage de ce projet est composé de :

  • Pierre Vrignaud, Université Paris Nanterre & CRTD
  • Bruno Cuvillier, Université Lyon2
  • Anne Pignault, Université Paris Nanterre
  • Isabelle Soidet, INETOP-CNAM & Université Paris Nanterre
  • Daniel Chartier, Pôle emploi
  • Fabien Beltrame, Pôle emploi

Une ingénierie souple et concourante

La convention porte deux objectifs du point de vue métier : introduire les codes Holland (Modèle RIASEC) dans les fiches métiers du répertoire opérationnel des métiers et des emplois (ROME) et construire un questionnaire d’intérêts, sur ce même modèle Holland, adapté au public de demandeurs d’emploi accompagnés par les professionnels de Pôle Emploi.

Les deux objectifs sont réalisés en parallèle et la conception est ajustée au fil de l’avancée des travaux et des résultats intermédiaires.

Le questionnaire

Afin de rédiger des items avec un vocabulaire au plus près de celui des personnes accompagnées dans leur évolution professionnelle, il est décidé d’utiliser la sémantique des fiches ROME. Pour cela, l’équipe universitaire extrait un échantillon de 48 fiches ROME. Il s’agit de 8 fiches-métiers par dimension RIASEC. Les métiers ont été choisis parmi ceux qui, dans la littérature, étaient unanimement reconnus comme les plus représentatifs de la dimension considérée.

Par exemple : Montage-assemblage mécanique (H2909) pour Réaliste, ou Soins infirmiers généralistes (J1506) pour Social.

L’analyse textuelle a permis de dégager un corpus de termes issus du ROME et représentatifs de chacune des dimensions pour les 4 catégories d’items envisagés : Environnements de travail, Activités, Rôles et Compétences professionnelles. Une cinquième catégorie – « loisirs » – est ajoutée au questionnaire à partir des loisirs les plus représentatifs du modèle de Holland.

La méthode d’élaboration du questionnaire est la suivante :

Sur la base des mots retenus par les analyses, un groupe de travail de 14 personnes s’est réuni à la Direction Générale de Pôle emploi, pour élaborer les items. Ce groupe était composé de : A. PIGNAULT (Université Paris Ouest), I. SOIDET (Université Paris Ouest et INETOP), P. VRIGNAUD, (Université Paris Ouest), B. CUVILLIER (Université Lyon 2), V. ANGEL (université Paris Ouest), V. HALBEHER (Psychologue Pôle emploi), M. MORENO (Psychologue Pôle emploi), D. MAUVE (Psychologue Pôle emploi), C. LIMOZIN (Psychologue Pôle emploi), C. HOMS (Psychologue Pôle emploi), S. MATHIS (Psychologue Pôle emploi), D. CHARTIER (Docteur en psychologie), D. J. BOURNE (Psychologue Pôle emploi), F. BELTRAME (Psychologue et Docteur en psychologie)

Cette première version du questionnaire comportait 17 groupes de 6 propositions, soit 102 items. Cette version Béta a été proposée à des demandeurs d’emploi par des psychologues du travail de Pôle emploi. Le questionnaire ainsi conçu a fait l’objet d’une procédure de validation psychométrique classique. Ont été retenus les items qui contribuaient le plus à l’homogénéité des échelles (alpha de Cronbach) et qui corrélaient le mieux avec l’ensemble de l’échelle dimensionnelle. La version du questionnaire, obtenue à la suite de l’analyse d’items, comporte 6 situations (environnement, activité, rôle, compétence, loisirs et condition de travail) avec chacune 2 groupes d’items, soit 72 items (6 x 6 x 2).

La version validée a alors pris le nom de « Questionnaire des intérêts professionnels de Pôle emploi » (IPPe). Puis il a été mis à disposition de l’ensemble du réseau des professionnels de Pôle emploi avec une mise en œuvre immédiate par les psychologues du travail et conditionné au suivi de la formation ad hoc, dans un campus de Pôle emploi, pour les conseillers.

Le code RIASEC dans les fiches ROME

Le travail d’analyse lexicale des fiches ROME a permis à l’équipe universitaire et plus particulièrement au Pr. Pierre Vrignaud, grand expert des modèles d’intérêts professionnels, d’alerter le groupe projet sur la méthode d’attribution des codes RIASEC aux fiches ROME.

En effet, tel qu’elle est construite, une fiche ROME agrège plusieurs emplois-métiers dans une même fiche. Et, potentiellement, tous les emplois-métiers d’une même fiche ROME n’ont pas exactement le même codage RIASEC.

Par exemple, la fiche « G1801 – Café, bar brasserie » regroupe des métiers assez différents comme « Commis de bar » et « Gérant de café, bar brasserie ». Le Commis met en œuvre essentiellement des activités professionnelles de type R (Réaliste), alors que le Gérant occupe une part de son temps de travail en management d’équipe et donc des activités professionnelles de type E (Entreprenant). Des codes RIASEC différents sont donc présents sur une même fiche ROME.

Par ailleurs, le Pr. Vrignaud a alerté le groupe sur la méthodologie de J. Holland pour élaborer son modèle. En effet, le psychologue américain a interviewé les professionnels sur les activités qu’ils aimaient réaliser. Et c’est par extension que le métier a hérité du code RIASEC. Cet héritage est basé sur le code RIASEC des activités les plus représentatives du métier concerné. Mais dans chaque métier, il existe des activités qui portent un autre code RIASEC que le codage RIASEC du métier luimême.

Par exemple, le psychologue est codé Si (Social – investigateur). Mais lorsque le psychologue doit faire du reporting de son activité, il s’agit d’une activité de type C (Conventionnel). Ou lorsqu’il doit animer un atelier, il s’agit d’une activité de type E (Entreprenant). Mais globalement, le psychologue réalise majoritairement des activités de type S (Social) et secondairement des activités de type I (Investigateur), donc les professionnels de l’orientation se sont accordés pour dire que le métier de psychologue relève du code RIASEC Si.

En suivant les recommandations du Pr. Vrignaud, ce ne sont donc pas les fiches ROME qui ont été codées mais les activités professionnelles contenues dans les fiches. Ensuite, un algorithme a été conçu pour additionner et pondérer les codes RIASEC Majeur et mineur des activités professionnelles d’une fiche afin de déterminer le code RIASEC global de la fiche ROME concernée.

Le choix de cette méthode a considérablement augmenté la charge de travail car il ne s’agissait plus de coder 532 fiches ROME mais de coder environ 9000 activités. En contrepartie, cette méthode est beaucoup plus précise et respectueuse de l’esprit des travaux de J. Holland.

Au terme de la collaboration avec les universitaires, Pôle emploi a donc obtenu une table de codification des activités professionnelles du ROME en RIASEC et une seconde table contenant les codes RIASEC en face de chaque code ROME. Mais Pôle emploi a également récupéré une méthode de codification des activités professionnelles accompagnée de l’algorithme de calcul du code global de la fiche ROME à partir de son contenu en activités professionnelles. Ce matériel permet à Pôle emploi d’actualiser les codes RIASEC du ROME à chaque mise à jour, c’est à dire deux fois par an, en mars et octobre de chaque année. Le ROME, et donc également le RIASEC, a été actualisé à ce rythme jusqu’en 2021, date à laquelle les travaux de refonte profonde du répertoire ont débuté.

En guise de conclusion, le passage au ROME V4

A l’occasion de la profonde restructuration du ROME et son passage à la version 4 en mars 2023, force est de constater que le codage RIASEC a subit des dommages collatéraux. En effet, sans entrer dans des détails trop techniques, on peut constater que la table des 532 codes RIASEC des fiches ROME (MàJ open data du 20/03/2023) est restée exactement identique à celle de la dernière mise à jour du ROME V3 (source : open data mars 2021). Or, la méthode d’attribution des codes RIASEC aux fiches ROME, décrite ci-dessus, nous permet de comprendre que l’évolution du contenu des fiches pour la version 4 du ROME, et notamment le passage de 8983 activités à 5660 compétences, aurait dû amener l’algorithme à proposer un ajustement du codage des fiches ROME.

Comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous, le ROME V4, c’est maintenant 27 tables. Et comme dans la version précédente, 2 tables portent le codage RIASEC : la table rome_riasec, identique à la V3 du ROME, et la table macro_compétence_riasec qui contient elle, 492 macrocompétences. 

Gageons que les prochaines mises à jour du ROME V4 seront l’occasion de corriger ce dommage collatéral et de remettre à disposition, des professionnels de l’accompagnement, le modèle scientifique des intérêts le plus utilisé et le plus partagé à ce jour.

Pour aller plus loin

https://inetop.cnam.fr/le-groupe-de-recherches-sur-l-evolution-de-l-orientation-scolaire-etprofessionnelle-greo-158152.kjsp https://www.data.gouv.fr/en/datasets/repertoire-operationnel-des-metiers-et-des-emplois-rome/ https://www.onetonline.org/explore/interests/Investigative/Social/ https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9pertoire_op%C3%A9rationnel_des_m%C3%A9tiers_et_des _emplois