In Memorium

Francis DANVERS au nom du GREO rend hommage à la mémoire de Serge BLANCHARD décédé le 21 juillet dernier.

Membre co-fondateur du GREO, il a beaucoup œuvré notamment pour la revue scientifique, L’Orientation scolaire et professionnelle (INETOP-CNAM Paris).

Le 4 janvier dernier, il a soutenu une thèse de doctorat en psychologie de l’Université de Paris Nanterre sur « Les apports de la Théorie d’Albert Bandura aux pratiques de conseil en orientation scolaire et professionnelle » (2 volumes).

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Bernard Desclaux (25 juillet 2022). In Memorium. GREO. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p5nv


2 réflexions sur « In Memorium »

  1. Si je n’ai pas eu la chance d’apprécier l’art et la manière d’enseigner de Serge Blanchard, car j’ai réalisé mes études vers le CAFCO1 à l’IROSP de Caen et non à l’INOP, j’ai souvent lu avec beaucoup d’intérêt professionnel les nombreux articles qu’aura produits Serge dans l’OSP et Questions d’orientation.
    Je l’ai aussi écouté dans les ateliers des JNE de l’ACOP-F / APSYEN.
    Il aura beaucoup contribué à la praxis de l’orientation, à la formation, sans relâche, de praticiens-réflexifs. Avec constance, intelligence et détermination.
    Jusqu’au bout du voyage.
    Merci Serge.

  2. Jeune conseiller, auxiliaire à la fin des années 70, dans le 93, je l’avais rencontré lorsqu’il était responsable de l’annexe d’un CIO (Saint-Ouen je crois ?). Ayant réussit le concours, le CAFCO II, il était de la fête organisée par ma femme et moi. Et puis très vite nous nous sommes retrouvés à l’IREC, l’association créée par Charles Kaléka, l’Institut de recherche pour l’éducation des choix.
    Ayant rejoint l’INETOP, il y a participé à la formation de nombreuses générations de collègues.
    Et puis je l’ai revu lors de plusieurs séances du GREO. Là encore, il y maniait l’humour comme un outils de réflexion, un outils de provocation à la réflexion.
    J’appréciais beaucoup Serge, et en particulier cet humour toujours décapant et surtout une forme d’auto-dérision qui faisait réfléchir.

    Bernard Desclaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.